Sécurisation des recettes : Le guichet unique pour le droit de timbre lancé à Conakry

0
933

Dans le cadre de la sécurisation de la recette des impôts et la modernisation de l’administration fiscale, le ministère délégué du Budget à travers la Direction Nationale des Impôts a, au cours, d’une conférence de presse officialisé le lancement du guichet unique pour le droit de timbre pour les véhicules usagers et des guichets délocalisés de banque, ce vendredi 10 juin 2016 à Conakry. 

Cette nouvelle modernisation de l’administration fiscale fonctionnait depuis 6 semaines à Conakry, ce système qui permet d’informatiser et de sécuriser tout le système de payement ainsi que les recettes perçues des contribuables, se fixe pour objectif d’éviter toute fraude ou évasion fiscale et il a fait ses preuves comme l’a confirmé le responsable du budget guinéen.

Dans son discours de circonstance, Aboubacar Makhissa Camara, directeur national des impôts a affirmé que, « les droits de timbre à l’importation des véhicules d’occasion est un impôt réglementaire imposé à tous les véhicules usagers importés sur le territoire guinéen, c’est une nouvelle taxe qui s’inscrit dans une prévision de recettes de plus de 15 milliards de francs guinéens dans la loi de finance 2016. »

Pour mieux gérer les produits dudit droit, dit-il, il a été convenu de mettre en place un guichet unique de droit de timbre ainsi que des guichets de banque délocalisés au niveau de la direction nationale des impôts afin d’y percevoir les frais payés par les contribuables. En moins de 24 heures, le transitaire peut avoir sa quittance de droit de timbre sans que la procédure de dédouanement ne soit entravée, a fait savoir le patron des Impôts.

Pour sa part, Dr Mohamed Lamine Doumbouya, ministre délégué du budget a d’abord rappelé l’engagement de son département dans le processus de réforme de la gouvernance macro-économique et financière à travers des initiatives prises par la direction nationale des impôts dont l’installation des guichets.

« Chez nous, le problème n’est pas que les gens ne paient pas l’impôt mais ils paient mal l’impôt car lorsque le paiement transite par plusieurs mains, le montant final qui arrive dans les caisses de l’Etat est souvent faible donc l’idée d’installer ces guichets est veiller en sorte qu’il y ait moins de points de passage dans le circuit. Nous l’avons voulu et nous avons pu le réaliser », a-t-il expliqué.

Et d’ajouter, « L’année dernière, on avait 300 millions de nos francs par mois mais actuellement, on est autours de 2 à 3  milliards de francs guinéens par mois et rien que pour avoir installé ces guichets », a renchérit Dr Mohamed Lamine Doumbouya.

 

 

LEAVE A REPLY