Ghislaine Dupont et Claude Verlon, deux ans après

0
822

Le 2 novembre 2013, les envoyés spéciaux de RFI dans le Nord du Mali, Ghislaine Dupont et Claude Verlon, étaient enlevés puis assassinés près de Kidal. Deux ans plus tard, l’enquête n’a pas du tout avancé alors que l’on célèbre la Journée internationale de la fin de l’impunité pour les crimes contre les journalistes.

Il y a deux ans, le samedi 2 novembre 2013, Ghislaine Dupont et Claude Verlon étaient assassinés à la sortie de Kidal, dans le nord du Mali, alors qu’ils préparaient une série de reportages en prévision des législatives maliennes, un double meurtre qui sera quelques jours plus tard revendiqué par Aqmi, al-Qaïda au Maghreb islamique. Ce 2 novembre est empreint de tristesse pour tous ceux qui les ont connus et cette date marque aussi, désormais, la Journée internationale de la fin de l’impunité pour les crimes contre les journalistes ainsi que l’ont décrété les Nations unies via une résolution adoptée le 18 décembre 2013, en hommage à nos collègues.

Comme le rappelle Reporter sans Frontières, sept cent dix-huit journalistes ont été assassinés au cours des dix dernières années, cent trente-quatre depuis l’assassinat de Ghislaine et de Claude, des crimes qui, comble de l’injustice, restent impunis dans la très grande majorité des cas. « Lutter contre l’impunité, c’est essentiel parce que plus de 90% des crimes commis contre les journalistes dans le monde ne sont jamais élucidés », souligne Christophe Deloire, le secrétaire général de RSF. Il estime également que cette impunité est « comme une incitation pour ceux qui commettent ces actes ».

« Dans un certain nombre de pays, poursuit-il, ils se disent qu’ils peuvent toujours tuer un journaliste puisque, au fond, cela n’aura pas de conséquences ». Pour RSF, le meilleur moyen de faire reculer la violence serait d’intégrer cette lutte contre l’impunité au droit international. Pour y parvenir, Christophe Deloire songe à la création d’un poste de représentant spécial du secrétaire général de l’ONU sur la question de la protection des journalistes, un représentant qui serait capable de coordonner des actions de l’ONU.  Lire la suite sur RFI

LEAVE A REPLY