BIOGRAPHIE: Soul Bang’s

0
1499

Né en 1992 à Conakry (Guinée), l’auteur, compositeur et chanteur Souleymane Bangoura aka Soul Bang’s est un artiste développant notamment du RnB qu’il mêle parfois à la soul, à la house, au reggae, au rap ou au zouk. Chanté en malinké, soussou, peul, français ou anglais, ses textes parlent du quotidien de ses compatriotes, de la jeunesse, de l’éducation ou de l’amour : la place que la société accorde à l’amour ou l’amour entre un enfant et sa mère, d’où le concept qu’il appelle “RnB Love Social”…
En 2001-2002, alors qu’il est encore un jeune adolescent, Soul Bang’s commence à s’intéresser à la musique, influencé par des chanteurs, comme Robert Sylvester Kelly aka R. Kelly (USA), Craig David (Angleterre) et bien d’autres encore. A l’âge de 11 ans, il intègre le groupe de rap Micro Méga créé par les jumeaux Wan Tagazoon et Soul Pac. Il quittera le groupe en 2007 pour raisons d’objectifs non atteints. Désireux de faire carrière dans la musique et d’élargir ses compétences, Soul Bang’s décide de se mettre à la guitare et au piano. C’est ainsi qu’il apprend à jouer de ces instruments auprès de Vincent chez Monsieur Kémo Kouyaté et chez Koro Aboulai à Bambéto, un quartier populaire de la banlieue nord de la capitale Conakry. Par la suite, il se met alors à reprendre de morceaux d’artistes de renom, “With You” de l’Américain Chris Brown (USA) ou encore “Right Now Na Na” du Sénégalo-Américain Akon, comme déjà tant d’autres artistes vedettes tels les Américains Brandy et son petit-frère Ray J dans “Another Day In Paradise” de l’Anglais Phil Collins et beaucoup d’autres encore…
Après des années de perfectionnement, Soul Bang’s finit par imposer son style RnB et conquiert le public guinéen. Bientôt, le jeune artiste, travaillant jusque-là avec le groupe Hadafo Communications, producteur de son premier album Dimedi en 2011, est détecté par Entourage Soundz, un label indépendant américain ayant une représentation en Afrique. C’est le décollage, avec une meilleure audience continentale, voire internationale. En juin 2011, sous l’impulsion de Soul Bang’s, est fondée la structure indépendante RnB Boss Musik, s’occupant de management et production discographique d’artistes, organisation de spectacles (concerts, showcases), promotion, édition ou encore design (flyers, affiches, logos).

Amassen, récompenses

La même année, Entourage Soundz ressort, sous un nouveau design, Dimedi, un opus R&B, dont “Darling” en featuring avec King Medal. Cet opus connaît un succès immédiat, notamment avec le titre “Amassen” diffusé en boucle par les radios et télévisions guinéennes. Avec cet album, Soul Bang’s récolte les fruits de ses années de travail : N°1 du Top 10 musical de Guineenews.com pendant tout le mois de juillet 2011 avec le morceau “Amassen”, “Meilleur Album” avec Dimedi et “Meilleure Voix Soul” aux K7 d’Or Guinée 2011 et enfin “Meilleur Artiste RnB” aux Guinée Music Awards 2011.
Suit en 2012 Evolution vol.1, un 2ème opus dévoilant d’autres facettes musicales de l’artiste guinéen qui navigue ici entre RnB, house, reggae, rap et zouk, soutenant des textes sur le quotidien de ses compatriotes, la jeunesse, l’éducation ou l’amour : la place que la société accorde à l’amour ou l’amour entre un enfant et sa mère, d’où le concept qu’il appelle “RnB Love Social”.
Collaborations
africaine, Soul Bang’s est alors sollicité par divers vedettes pour des featurings : Yoriken de Methodik, Takana Zion, Mamdi de Silatigui, Phaduba du collectif MAS et Makovi du crew Raisonable Djelly (Guinée), mais aussi Disiz la Peste (France/Sénégal), Medal King (Sierra Leone), le crew La Section (Gabon), et bien d’autres encore.
Culture africaine affirmée
Depuis, la voix claire de Soul Bang’s charme en soussou, en malinké et en poular, les principales langues du pays (parfois saupoudrées d’un soupçon d’anglais ou de français), sur des mélodies où instruments et rythmes traditionnels se mélangent aux sons les plus modernes. Une alchimie qui lui a permis de décrocher, en novembre 2016, le prix Découvertes RFI, dont le jury était présidé par le rappeur français Kery James – « il a dit que je suis une sorte de pont entre les anciens et la nouvelle génération », se réjouit Soul Bang’s.
Le clip de « Faré Bombo M’bai » a enregistré 16 000 vues en moins de vingt-quatre heures
Doté de 10 000 euros et d’une tournée dans une dizaine de pays africains, ce prix apporte aussi davantage de visibilité à l’artiste (qui n’a pas de producteur), de même que le contrat qu’il a signé avec l’opérateur sud-africain de téléphonie MTN pour être l’égérie de sa nouvelle campagne de publicité.
Succès attendu de Cosmopolite
Dans son petit bureau du jardin du 2-Octobre, à l’entrée de Kaloum, Mouctar Telly Diallo, le manager de Soul, a préparé activement avec son équipe la sortie du troisième album, Cosmopolite, très attendu. L’auteur-compositeur-interprète y livre des titres originaux aux couleurs du R’n’B « à sa façon ». Il chante aussi sur des musiques de Djéré Fouta, groupe de gnamakala (griots) peul de Moyenne-Guinée, et de feu Sory Kandia Kouyaté, la voix d’or qui, en 1975, réconcilia les présidents de la Haute-Volta (aujourd’hui Burkina Faso) et du Mali en chantant l’histoire des deux pays, jadis parties du même empire mandingue.
Après le clip d’« Itomou Sérieux », visible sur YouTube depuis la mi-novembre, celui de « Faré Bombo M’bai », mis en ligne le 27 janvier, a enregistré 16 000 vues en moins de vingt-quatre heures. Cette vidéo tournée en Guinée, qui invite jeunes et moins jeunes à suivre les pas du faré gnakhi (danse 100 % guinéenne), comme une bouffée de joie communicative et transgénérationnelle, a continué de récolter en moyenne 10 000 vues par jour jusqu’à la sortie officielle de Cosmopolite, le dimanche 12 février, avec un mégaconcert sur l’esplanade du Palais du peuple de Conakry.

LEAVE A REPLY