Société : La Guinée a célébrée la 24ème édition de la Journée internationale de la sage-femme

0
1051

A l’instar des autres pays, la Guinée à travers l’Association des Sages-femmes de Guinée (l’ASFEGUI) a célébré en différé, ce mardi 12 juillet à Conakry, la journée internationale de la Sage-femme.  Placé sous le thème : « les femmes et les nouveau-nés au cœur des pratiques de la sage-femme ». Cette célébration de la 24ème édition s’inscrit dans la droite ligne de la commémoration de la journée internationale des sages-femmes et vise à pousser les sages-femmes à une prise en compte plus importante de leur rôle.

A l’entame de son discours, Mme Adama Maniyan Condé, présidente  de l’ASFEGUI a précisé que, cette Journée célébrée en différé, est l’occasion de faire le bilan des réalisations, d’identifier les défis et de dresser les perspectives.

Selon elle, ‘’ Cette occasion nous permet de rendre un hommage appuyé à nos mécènes et partenaires, et surtout d’interpeller les autorités et personnalités influentes sur les enjeux du troisième millénaire, de sensibiliser les populations sur la nécessité des dispositions préventives contre certains fléaux sur les démarches à effectuer pour bénéficier de soins adéquats ‘’, à faire savoir  la présidente.

Et d’ajouter, « les sages-femmes de Guinée voudraient emboiter le pas à celles des autres pays de la sous-région afin de contribuer efficacement à la mise en œuvre de l’agenda 2030 pour des objectifs de développement durable, en particulier  l’objectif 3 : assurer une vie saine et promouvoir le bien-être pour tous à tous âges par l’amélioration de la santé maternelle et infantile », a indiqué dans son discours.

Par ailleurs,  Mme Adama Maniyan Condé, présidente  de l’ASFEGUI a indiqué que, la Guinée a réalisé des progrès mais les défis à relever sont énormes et les indicateurs de santé maternelle demeurent encore préoccupants avec un ratio de décès maternels de 724 pour 100.000 naissances vivantes, des taux de mortalité néonatal à 33 pour 1000, infantile à 67 pour 1000 naissances vivantes (EDS IV2012).

En dépit des importants efforts salutaires déployés par le gouvernement ces dernières années pour le  recrutement des sages- femmes, renchérit-elle, le dernier recensement du personnel de santé a dénombré qu’il y avait au total 502 sages-femmes, dont les 2/3 sont à Conakry et dans les grandes villes : « Par conséquent, le besoin estimé à 1592 sages- femmes pour la période de 2011 à 2015 (document du plan stratégique de développement des ressources humaines en santé) », a-t-elle conclut.

A noter qu’au cours de cette célébration de la journée internationale des prix et attestations ont été décerné à certains ministres et sages-femmes méritantes.

 

 

LEAVE A REPLY