Société : Floraison des sociétés de production d’Eau minérale en Guinée

0
1419

La prolifération des eaux minérales sur le marché guinéen est devenue un phénomène inquiétant. A ce jour, nous remarquons la présence de toutes sortes d’eaux minérales à Conakry et à l’intérieur du pays. Suite  à la montée de ce phénomène, une mission du fonds de l’hydraulique a mené récemment une enquête dans la région administrative de Kankan et la zone spéciale de Conakry. Cette mission avait pour objectif de sensibiliser les autorités, définir le rôle de chacun sur l’existence d’un texte règlementaire  dans la création d’une société d’eaux minérales et la sensibilisation des usagers de ces eaux.

A l’issue de cette enquête 152 sociétés d’eaux minérales ont été recensés à Kankan, 20 à Conakry et plus de 30 autres dont les sièges n’ont pas été identifiés affirme Ibrahima Diané, le directeur général du fonds de l’Hydraulique. Par ailleurs, il a signalé que la plupart de ces sociétés utilisent l’eau de forage, sauf la société de Kérouané  qui est connecté sur le réseau de la SEG.

Certaines difficultés ont été rencontrées par la mission du fonds de l’hydraulique sur le terrain dont entre autres : la connexion des sociétés de production d’eau minérale sur les forages publiques réalisé par le SNAPE dont la gestion est assurée par les collectivités locales. Les sociétés présentent sur le terrain  répertoriées par la mission à Kankan comme à Conakry dont les sièges ne sont pas encore identifiés. Ce qui constitue une difficulté majeure pour les autorités de la direction générale du fonds de l’hydraulique.

Interrogés sur ce sujet, des citoyens ont interpelé les autorités afin de prendre des mesures face à cette situation  telles que : le respect des procédures et le bon traitement de ces eaux pour que les citoyens ou consommateurs ne soient pas victimes d’elles.

D’autres par compte, soutiennent que cette floraison des eaux minérales peut affecter l’environnement. L’eau source de vie est aussi source de maladie au cas où elle n’est pas bien traité. Il est donc temps que les autorités en charge de ses sociétés prennent leur décision pour le bien-être de tous.

Oumar Mariame Camara

LEAVE A REPLY