Secteur public : Le Ministre Boubacar Diallo met en place le Comité public de réforme

0
753

La création de la plateforme de concertation du secteur privé (PCSPG) est née de la volonté du gouvernement guinéen de formaliser la représentativité du secteur privé guinéen. Ce processus de formalisation est financé par le Groupe de la Banque Mondiale. C’est dans ce cadre que Boubacar Diallo, ministre de l’industrie et des PME a procédé, ce mercredi 15 Février dans son département la mise en place du comité de  concertation du secteur public (Comité public de réforme). 

Cette réunion a été une rencontre d’échanges entre les personnes désignées par leurs départements non seulement pour se connaitre, mais aussi de connaitre la fonction de cette initiative. 

Au cours de cette rencontre, Boubacar Barry, ministre de l’industrie et des PME et de la promotion du secteur privé  souligne ceci : « Vous savez que depuis un certain temps, un ensemble de structures est en train d’être mis en place pour  créer une plateforme de dialogue de concertation et d’échange. La structuration de cette plateforme doit définir les différents cadres. C’est-à-dire, un cadre public, un cadre privé et un cadre représentatif de la société civile. Donc, nous sommes en phase de la mise en place du comité public de réforme », a-t-il déclaré. 

Avant d’ajouter ceci, « c’est pourquoi d’ailleurs aujourd’hui, nous avons rencontré l’ensemble des cadres désignés par les différentes structures de l’administration. L’ensemble de ces structures vont constituer une équipe de réflexion, de discussion et également de conseil auprès du gouvernement pour consolider les réformes indispensables à l’amélioration du climat des affaires pour le développement du secteur privé. C’est la première partie de cet organisme qui est lancé. Et on espère dans sous peu de temps, l’ensemble du processus sera terminer et nous allons procéder au lancement officiel » ajoute, ministre Boubacar Barry.  

En ce qui concerne l’engagement du groupe de la Banque Mondiale pour mettre en pratique cette initiative, Rachidi B. Radji,  Représentant en Guinée a fait remarquer ceci : ‘’la réunion de la mise en place du comité public et réforme, est un maillon d’un dispositif important que la Guinée a pensé mettre en place pour renforcer le dialogue du secteur public-privé. La banque mondiale soutient cette initiative depuis deux ans. Et nous sommes heureux pour la mise en place de ce comité. Donc, nous allons continuer à financer ce projet ‘’, dit-il.  

De son côté, Boubacar Diop, Coordinateur du secrétariat du dialogue permanent public-privé a précisé que ‘’Guinéa Business Forum’’ n’a pas encore été lancé. « C’est très important de notifier pour ne pas faire l’amalgame, il y a ce qu’on appelle la plateforme publique-Privée, qui est la représentativité du ministère porteur de croissance et de service technique de l’Etat qui constituent la ‘’Plateforme publique’’. Et la cérémonie d’aujourd’hui, c’est la plateforme publique qui a été mise en place par le ministre de l’industrie des PME et de la Promotion du secteur privé en rapport avec le groupe de la banque mondiale », a fait savoir le Coordinateur du secrétariat. 

Et de poursuivre son allocution, Boubacar Diop a rappelé que, la ‘’plateforme de concertation du secteur privé guinéen’’ a été mis en place depuis le 09 décembre 2015. Selon lui, pour parvenir à l’aboutissement de ‘’ Guinea Business Forum’’, il fallait des conditions suivantes : mettre en place la plateforme de concertation du secteur privé guinéen ; mettre en place de la concertation du secteur public (Comité public de réforme) et le comité de pilotage  de ‘’Guinea Business Forum’’ », a indiqué le Coordinateur Boubacar Diop.

Pour terminer, il a affirmé que pour le moment 19 ministères qui sont concernés. « Pour le moment, il faut noter  qu’il y a un nombre de 19 ministères et services techniques. Donc,  cela ne veut pas dire que les autres ministères ne sont pas porteurs de croissance. Mais, à l’image des autres pays qui ont une expérience dans le dialogue public-privé. Donc, on s’est inspiré de plusieurs paramètres pour justement parvenir à cette liste. Il reviendra au comité public de réforme d’élargir l’ensemble des ministères en prenant d’autres ministères ou services techniques de l’Etat », a-t-il conclu

Moussa Traoré 

LEAVE A REPLY