SADEN 2021 – DISCOURS DE D’OUVERTURE DE DJENABOU DRAME, MINISTRE DE L’ENSEIGNEMENT TECHNIQUE, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DE L’EMPLOI

0
106

Conakry, le 9 juin 2021 –

Mesdames et messieurs les membres du Gouvernement,

Mesdames et messieurs les ambassadeurs et représentants du corps diplomatique et consulaire,

Mesdames et messieurs les opérateurs économiques et acteurs de la société civile,

Distinguées personnalités,

Chers invités, Mesdames et messieurs,  

Entreprendre par eux-mêmes et pour eux-mêmes pour vivre heureux et libres, est leur rêve, leur aspiration des jeunes, partout dans le monde, à notre époque, de tous les défis.

Ces hommes et femmes, qui, sont au commencement de leur vie et de leur carrière attendent de nous des opportunités à saisir pour transformer leur quotidien et participer au développement économique et social de leur nation.

Leur cause que nous portons et défendons tous, ici et ailleurs,  est aussi la nôtre. En aidant les jeunes à croire, en eux, à libérer leurs énergies, à exploiter leurs talents, nous assurons notre présent, nous préparons aussi notre avenir.

Monsieur le Président de la République,  son Excellence Professeur Alpha Condé,  proche du peuple et acquis totalement à sa jeunesse sait que la population de notre pays est dominée par les jeunes, à la fois notre espoir et notre raison d’être politique.

Cette jeunesse a besoin de formation,  de savoir, de savoir-faire, de soutien pour prendre, en main son destin.

Chers invités,  

Distinguées personnalités,

Le thème, cette année,  de notre salon est :  »  L’entrepreunariat à l’épreuve de la covid-19″.

Le contexte explique ce choix.

Il y a une économie d’avant la pandémie qui nous a fait perdre tous nos repères, et une autre économie héritée de tous les chocs subis pendant cette période sombre de l’histoire de l’humanité.

Le Chef de l’Etat, très tôt,  a pris toute la mesure de la situation,  a mobilisé le Gouvernement afin que notre pays ne souffre pas trop de la crise sanitaire mondiale.

En clair, garder les grands équilibres de notre économie et protéger le pouvoir d’achat de nos populations.  Le plan de riposte économique,  social et sanitaire élaboré par le Gouvernement du Professeur Alpha condé,  cité en exemple, a permis de sauver des vies, de préserver des emplois notamment pour les jeunes, les femmes,  car les activités économiques n’ont pas été beaucoup perturbé, les entreprises n’ont pas fermé.

Chers invités,

Distinguées personnalités,

On ne peut parler d’emploi sans entreprises, sans une formation de qualité et adaptée aux besoins du marché du travail. La formation technique et professionnelle est au coeur des politiques publiques dans tous les pays, car, elle tient compte de l’adéquation formation et emploi.

L’offre d’emploi inspire les sessions de formation pour combler les besoins de nos entreprises, les sollicitations de nos entrepreneurs.  Nous devons mettre fin au paradoxe des emplois disponibles pour lesquels il n’y a pas de compétences, au moment où notre jeunesse a besoin à la fois d’emplois et de formation pour y accéder.

Au-delà des cours et de la formation dispensés aux jeunes pour leur doter de toutes les compétences,  nous essayons d’inculquer aux apprenants l’esprit d’entreprise pour qu’ils soient capables de lancer leurs propres affaires,  de monter leurs entreprises.

Par exemple,  les Centres d’Apprentissage et de Formation,  Post-primaires, et Secondaires offrent des formations de courte durée,  confèrent des capacités plus pratiques aux apprenants, surtout dans des filières à grand potentiel de création d’entreprises.

En plus des Centres de Formation Professionnelle (CFP) ordinaires, des Écoles Nationales d’Agriculture et d’Elevage (ENAE) et des autres écoles du secteur tertiaire, les Écoles Régionales des Arts et Métiers (ERAM) représentent aujourd’hui une autre dimension de notre enseignement technique.

De par leurs infrastructures et équipements, les ERAM affichent un nouveau type d’enseignement et de formation professionnelle, qui s’ouvre efficacement aux secteurs des mines, industries, hôtelleries, Agriculture et d’autres.

De même à travers l’ONFPP et l’AGUIPE, nous initions et accompagnons des initiatives comme celle-ci qui nous permettent d’assurer un accompagnement réel aux entreprises surtout à celles naissantes dans notre pays.

Chers participants,

A ce stade de mon intervention,  je vous invite à saisir le SADEN, comme une des nombreuses opportunités qu’offrent le Gouvernement et ses partenaires de développer l’esprit d’entreprenariat.

L’occasion est donnée aussi de partager vos expériences respectives, vos espoirs à chacun.  Les problèmes sont les mêmes pour tous, à savoir, l’accès au financement,  à la commande publique,  les solutions viendront aussi de tous dans la compétition certes, mais, en mutualisant les efforts et les solutions.

La pandémie de la covid-19 nous a administré une belle leçon de vie : les hommes divisés dans le bonheur restent unis et solidaires dans le malheur.

Je crois à l’entreprenariat solidaire d’une jeunesse qui a fait le pari de réussir face à un Gouvernement sur le point de relever le défi d’être l’artisan principal de cette réussite ambitionnée.

Sur cette note d’espoir et de confiance dans l’avenir, je déclare ouverte la troisième Session du salon des entrepreneurs de Guinée, en invitant chacun et tous à continuer à respecter les mesures sanitaires préconisées contre la covid-19.  Pour entreprendre, il faut vivre.

Je vous remercie.

Djénabou Dramé

Ministre de l’Enseignement technique, de la Formation professionnelle et de l’Emploi

Transmis par la Cellule de Communication du Gouvernement— 

LEAVE A REPLY