Putsch déjoué en Turquie : l’ambassadrice Nur Sagman face à la presse

0
799

l’ambassadrice de la Turquie en Guinée, Mme Nur SAGMAN a tenu une conférence de presse le vendredi 29 juillet dans les locaux de l’ambassade de la Turquie sis au quartier Taouyah, dans la commune de Ratoma. Axée sur la situation actuelle de son pays après la tentative de coup d’Etat du 15 juillet dernier.
Dans son intervention, l’ambassadrice Nur, a tout d’abord remercié et félicité les autorités guinéennes qui, selon elle, ont été solidaires du peuple Turc lors de ces moments difficiles. A l’en croire, le mérite de l’échec du coup d’Etat revient incontestablement aux populations civiles. « On peut vraiment dire que la démocratie a été protégée par les civils qui s’étaient rassemblés pour s’opposer au coup d’Etat et ça été un mouvement sans précédent ».
Pour elle, tous les partis politiques au sein de la grande assemblée nationale turque se sont unis et dans leur déclaration du coup d’Etat manqué, « ils ont émis une déclaration commune. Donc, la démocratie turque a fait encore une fois sa preuve », dira-t-elle avant d’adresser ses vifs remerciements à la presse turque. Qui, dans sa majorité a joué un rôle très important dans le cadre de l’échec de coup d’Etat.

Poursuivant son intervention, elle a décliné le bilan macabre de ce coup d’Etat manqué en ces termes : ‘’ Malheureusement, 246 citoyens turcs ont trouvé la mort dans cette campagne de terreur. Parmi eux, il y a 179 civils qui se sont vraiment tenus devant les chars. Et malheureusement plus de 2 mille citoyens ont été blessés ‘’.
Plus loin, elle a dévoilé les noms des conspirateurs du coup d’Etat raté. ‘’ Les déclarations des personnes qui ont été arrêtées et les informations provenant de multiples agences prouvent que cette tentative de coup d’Etat a été organisée par l’organisation terroriste Fethullah Gûlen (FETÔ). Depuis plus de 30 ans, cet imam et prédicateur a encouragé ses partisans à s’infiltrer dans l’armée et dans le système judiciaire de la Turquie. Il y a des images de 1997 où Fethullah Gûlen dit à ses partisans d’éviter d’être découverts et il les encourage à s’infiltrer à tous les niveaux de l’Etat. Remettre en cause les acquis démocratiques de la nation était le but essentiel de cet acte criminel occasionné par FETÔ.
Comme vous le savez, la Turquie a demandé l’extradition de Gûlen qui était déjà accusé depuis longtemps pour divers complots. Avant d’ajouter qu’un premier dossier a déjà été envoyé aux Etats Unis et la Turquie exprime ce sujet depuis un certain temps, mais à présent après la tentative ce coup d’Etat, le dossier a été constitué et envoyé par l’intermédiaire de notre Ministère des Affaires Etrangères au département de la justice des Etats Unis. « Nous allons continuer à récolter les preuves et elles seront présentées aux autorités américaines. Cet acte a été une menace contre la sécurité nationale de notre pays ‘’, affirme-t-elle.

Parlant de la situation actuelle de la Turquie après ce coup manqué, elle a informé qu’un processus juridique est entamé depuis lors. « Comme vous le savez, on a entamé un processus juridique après la tentative de ce coup d’Etat. Les travaux sont en cours pour sanctionner les auteurs de cet acte ignoble et éliminer tous les dangers pour qu’il n’y ait plus de tentative de coup d’Etat. Je vous donne quelques chiffres pour vous permettre de comprendre l’ampleur des dangers. L’Etat-major Turc a annoncé que 8651 traitres membres de l’organisation terroriste Gûlen ont participé à cette tentative de coup d’Etat.Ces 8651 terroristes vêtus d’uniforme militaire, il y a 676 qui sont de simples soldats, 1214 cadets. Ce qui signifie 1.5% de l’effectif total des forces armées turque.
Selon le communiqué de l’Etat-major des armées, 35 avions chasseurs, 37 hélicoptères, 246 véhicules blindés dont 74 chars, 3 navires et 3992 armes ont été utilisés durant la tentative de coup d’Etat. Le Ministère de l’Intérieur turc quant à lui, annonce que 8113 personnes ont été arrêtées après la tentative de coup d’Etat. D’après des chiffres déclarés par le Ministère de l’Intérieur, 10012 militaires dont 178 généraux amiraux, 2728 officiers et 7106 soldats de grades différents ont été placés en garde à vue. 5266 soldats dont 151 généraux et 1656 officiers ont été arrêtés. 2901 policiers ont été placés en garde à vue et 1019 autres ont été arrêtés. Il y a 2167 juges et procureurs sont placés en garde à vue », déclare l’ambassadrice.

Moussa Traoré

LEAVE A REPLY