PROJET SIMANDOU : LES INTÉRÊTS DE LA GUINÉE AU CŒUR DE L’ACCORD CADRE

0
207

Le 10 mars 2022, en sa 17ème session de conseil ordinaire des ministres placée sous la haute autorité de SEM le Président de la République Colonel Mamadi Doumbouya, le Gouvernement Guinéen a décidé de l’arrêt de toutes les activités de construction des infrastructures minières, ferroviaires et portuaires de Winning Consortium Simandou (WCS) sur son projet de développement du gisement de fer de Simandou.

Cette décision gouvernementale a été prise afin que SEM le Président de la République puisse s’assurer que les intérêts, tous les intérêts de notre pays, soient pris en compte par les opérateurs miniers du gigantesque projet considéré comme étant le plus grand projet minier étudié à date dans le monde pour les vingt prochaines années.

Sous la clairvoyance de SEM le Président de la République, une commission de haut niveau représentant l’État guinéen a été mise en place en vue d’aider les deux géants opérateurs miniers – Rio Tinto Simfer et Winning Consortium Simandou – à aplanir leurs divergences pour un co-investissement et un co-développement du TransGuinéen long de 670km reliant la préfecture de Beyla au Port de Morebayah en eau profonde dans la préfecture de Forecariah. Cette option étant la plus bénéfique pour la République de Guinée.

Après plusieurs mois de négociations, le Gouvernement est heureux d’annoncer qu’un Accord Cadre historique a été trouvé et signé ce Vendredi 24 mars 2022 entre les trois parties prenantes au projet Simandou à savoir l’État guinéen, Rio Tinto Simfer et WCS.

La vision stratégique clairement articulée par SEM le Président de la République a permis aux négociateurs de l’État d’apporter des innovations dont les incidences économiques et sociales sur la vie de nos populations sont importantes. Parmi ces innovations il convient de citer :

1-    Pour la réalisation du chemin de fer Beyla-Forecariah et du grand Port de Morebayah, la République de Guinée avait zéro pour-cent (0%) conformément aux conventions de base qui liaient la Guinée aux deux opérateurs miniers. Le nouvel Accord Cadre permet la création d’une coentreprise qui garantit à la République de Guinée, en plus de ses 15% du minerai, une participation gratuite et non diluable au capital du chemin de fer et du Port à hauteur de 15%.

2-    Selon les conventions de base de Rio Tinto et de WCS, le chemin de fer et le Port de Morebayah ne revenaient à l’État guinéen qu’après 35 ans d’utilisation. L’Accord Cadre qui vient d’être signé permet à la Guinée de disposer de ces infrastructures dès la fin de leur construction. L’État en assurera la gestion durant toute la vie des mines.

3-    Le chemin de fer n’était prévu que pour le transport du minerai dans les conventions de base des deux sociétés minières. Avec l’Accord Cadre, le chemin de fer et les infrastructures ferroviaires seront multiservices et multi-utilisateurs, comprenant le transport du minerai de fer, des produits agricoles, des personnes et de leurs biens.

4-    L’Accord Cadre donne à la Guinée un calendrier d’exécution très précis des projets avec des contraintes de pénalités majeures allant jusqu’au retrait pur et simple du titre minier pour la société minière qui ne respecterait pas ses engagements. Selon ce calendrier, la construction des infrastructures ferroviaires et portuaires doit être achevée à la fin de 2024, tandis que la première production commerciale du minerai de fer doit commencer durant le premier trimestre de 2025.

L’Accord Cadre met un accent particulier sur la qualité des infrastructures, le respect strict des normes environnementales, sociales, d’hygiène, de santé et de Gouvernance (ESG) pour les travailleurs ainsi que pour toutes les communautés affectées directement ou indirectement.

5-    Quant au contenu local, le nouvel Accord Cadre encadre la promotion des entreprises Guinéennes de telle sorte que les sociétés étrangères qui auront les contrats d’exécution de projets doivent trouver des sociétés locales pour former des coentreprises.

6-    En matière de transfert du savoir et du savoir-faire, l’Accord Cadre fait de la formation des Guinéens une priorité conformément à la vision du Chef de l’Etat. Les deux sociétés minières s’engagent à former les jeunes Guinéens dans tous les domaines d’activités socio-économiques, conformément aux dispositions du Code Minier.

Le Gouvernement remercie très sincèrement les deux opérateurs miniers Rio Tinto Simfer et WCS pour leur esprit de coopération affiché tout au long des négociations quoique complexes. Le Gouvernement remercie également les représentants de l’État qui ont travaillé sans relâche, faisant preuve d’un grand patriotisme, pour l’obtention de cet Accord Cadre historique. Avec cet Accord Cadre, tous les intérêts stratégiques de la Guinée et des deux partenaires miniers (WCS et Rio Tinto Simfer) dans le mega-projet minier de Simandou sont définis, encadrés et pris en compte.

En conséquence, SEM le Président de la République Colonel Mamadi Doumbouya ayant pris bonne note de la signature de l’Accord Cadre, autorise la société Winning Consortium à reprendre ses travaux sur le projet Simandou.

Transmis par la Cellule de Communication du Gouvernement.— 


Warning: A non-numeric value encountered in /htdocs/wp-content/themes/Newspaper/includes/wp_booster/td_block.php on line 326

LEAVE A REPLY