Problématique de la grossesse précoce : En Guinée 610 femmes meurent à l’accouchement, selon un chercheur

0
930

En prélude de la journée internationale de la Femme Africaine, l’Association des Etudiants en Médecine en Guinée (AEM-G) a animé une conférence de Presse, ce samedi 30 juillet 2016 à la maison commune des journalistes. Au cours de laquelle, les causes, conséquences et les moyens de prévention de la problématique de la grossesse précoce en milieu scolaire ont été abordé.

Parlant des causes de la grossesse précoce, Dr Abdourahamane Diallo, gynécologue et Obstétricien a indiqué que les causes sont dues à l’ignorance, la sexualité précoce, la pauvreté, le manque d’encadrement, le refus volontaires d’utiliser les moyens modernes de contraception en général et du préservatif en particulier.

Il a ensuite précisé les conséquences en matière de santé, « la grande majorité de grossesse précoces étant désirées, il existe un risque élevé d’avortements clandestins, de mortalité maternelle, de fistules obstétricales, d’infertilité, de dépression et de mortalité néonatale mais aussi d’IST/VIH », a précisé le gynécologue.

Pour les causes sociales, il dira ceci, « abandons scolaires, rejet familial, vulnérables, prostitution, pauvreté et faiblesse des parents ».

Pour Dr Abdourahamane Diallo, les moyens de prévention pour la grossesse précoce est la communication et la sensibilisation.

De son côté, Pr Daman Albert Sano, chercheur chargé de la recherche des études avancées à Koffi Annan a indiqué que 830 femmes environs meurent chaque jours à cause des problèmes liée à la grossesse précoce.

Par ailleurs, il a fait savoir qu’entre 1990 et 2015 la grossesse précoce a pratiquement diminué à 44% à l’échelle mondiale dont la Guinée 610 femmes qui meurent à l’accouchement.

LEAVE A REPLY