Me Amadou Salifou Kébé : « les politiques sont à la recherche actuellement d’un bouc émissaire, qui va prendre la responsabilité de leur échec… »

0
726

Au terme d’une plénière du mardi, les opposants avaient annoncé que la CENI traine les pieds dans l’application des conclusions de l’accord politique du 12 Octobre 2016. C’est dans cette optique que, le porte-parole de la CENI, Me Amadou Salifou Kébé a répondu aux accusations de l’opposition républicaine, ce jeudi 29 Décembre 2016.

Me Amadou Salifou Kébé, le porte-parole de la CENI a fait remarquer que la Commission Nationale Electorale Indépendante (CENI) ne déroulera aucun chronogramme avant l’adoption et la promulgation de nouveau code électoral, « ça c’est un faux débat, c’est une habitude chez eux. Je crois que les politiques sont à la recherche actuellement d’un bouc émissaire, qui va prendre la responsabilité de leur échec. Je me demande s’ils ont lu les clauses de l’accord eux-mêmes ont signé. La CENI n’a aucun rôle à jouer avant que la loi ne soit mise sur la table… », a précisé le porte-parole de la CENI.

Les opposants accusent aussi la CENI de n’avoir toujours pas déroulé un chronogramme pour des élections communales, Me Amadou Salifou Kébé donne les raisons, « la loi n’est pas encore votée ni promulguée. Ils veulent que, nous produisions un chronogramme pour faire quoi. En tant que institution, nous n’avons pas de loi, nous ne pouvons pas avoir de chronogramme cela n’est pas possible. Cette loi, ils sont incapables de la voter. C’est là-bas le problème. Nous nous étions prêts et nous avons fait notre chronogramme…. la CENI n’a pas même eu à signer cet accord. Donc, ils ne peuvent pas nous rapprocher légèrement… », a fait savoir Me Amadou Salifou Kébé.

Par ailleurs, le porte-parole de la CENI soutient que l’indépendance de cette institution est devenue un appendice, « la CENI doit être un organe de décision. Mais, elle est devenue un appendice des partis politiques, de l’administration, du gouvernement et tout le monde lui donne des instructions. Donc, l’indépendance de la CENI est entraîne de se disparaître, c’est extraordinaire. Je crois que nos politiciens feront mieux de savoir où ils vont… », a conclu Me Amadou Salifou Kébé.

LEAVE A REPLY