Justice : Les avocats de l'UFDG dénoncent l'interférence de l’exécutif dans l'affaire des détenus des militants du parti

0
928

C’était au cours d’une conférence de presse tenue, ce jeudi 07 Avril 2016 à la maison commune des journalistes où les avocats du principal parti de l’opposition guinéenne, UFDG ont exprimé  devant des journalistes l’évolution des procédures judiciaires contre leurs clients.

A l’entame , Me Aboubacar Sylla a fait remarqué que de toutes les potentialités, la Guinée peine encore à rendre sa justice forte et efficace, par le respect de la loi chose qui fait que toutes les décisions judiciaires sont orientées contres les personnes qui ne sont pas avec le pouvoir, particulièrement les militants de l’UFDG.

Poursuivant « Depuis l’assassinat de Zakaria, en passant par les tueries de nos militants lors des différentes manifestations de l’opposition et des pertes en bien matériels de nos responsables à Conakry ainsi qu’a l’intérieur du pays aucune responsabilité n’est encore située », a-t-il ajouté.

De son côté, Me Alseny Aissata Camara a déploré cette interférence de l’exécutif par le biais de son ministre de la justice dans l’affaire de magistrat en leur empêchant de jouir de leurs indépendances, de leurs autonomies dans l’exercice de leurs fonctions.

Plus loin, dit-il, peut on parler d’un Etat de droit, si toutes fois la justice, n’est pas indépendante. Il est temps que le pouvoir en place change de stratégie en mettant en place des voies efficaces pour le développement de notre pays, fort malheureusement toutes ses préoccupations, c’est comment anéantir l’opposition notamment le parti UFDG.

Abordant la question relative sur les militants de l’UFDG récemment arrêtés suite à l’assassinat du journaliste, Mohamed Koula Diallo, il a fait savoir que le pool d’avocat a déposé une requête de liberté provisoire, mais jusqu’à présent le parquet n’a pas donné une suite favorable. Pour cela, il compte interjeter appel afin que leurs militants soient libérés, a-t-il martelé.

« Nos militants arrêtés les 18 et 19 septembre 2015 à Koundara, croupissent toujours en prison, en dépit du fait qu’il n’y a eu aucune preuve retenue contre eux .

L’UFDG se battra par tous les moyens légaux pour défendre les valeurs démocratiques, et la liberté de ses militants » conclut un autre avocat de ce parti Me Salifou  Béavogui.

LEAVE A REPLY