La journée internationale de la liberté de la presse célébrée en Guinée

0
466

En Guinée cette journée a été célébré a bleu zone de Kaloum par le ministère de la communication sous le thème ‘’liberté et responsabilité  du journaliste dans l’environnement du numérique’’. C’était en présence  des ministres porte parole du gouvernement, de l’unité nationale, de la justice, de la jeunesse et de emploi jeune, des postes et de l’économie numérique et ainsi la présidente de la Haute Autorité de la Communication.

Devant un parterre de journaliste qui a pris part a cet événement, le ministre de la communication a tout d’abord demandé a l’assistance d’observer une minute de silence en la mémoire des journalistes disparus, avant de revenir sur la date  du 3 mai proclamé en 1993 par l’assemblée générale des nations unies suivant les recommandations de la conférence de l’Unesco comme journée internationale de la liberté de la presse.

Selon le ministre Rachid N’Diaye, la célébration de cette date par l’Unesco permet de célébrer la presse, informer les citoyens du monde sur les atteintes portées à la liberté de presse. Selon l’Unesco dans de nombreux pays a travers le monde l’exercice de la profession du journaliste se conduit avec de nombreuses contraintes et difficulté avec des publications censuré ou interdite de parution des journalistes et éditeurs  parfois à semer parfois même au pris de leurs vie. Je me réjouis que la situation soit différente dans notre pays ou les journalistes travaillent dans un contexte apaisé.

Poursuivant son discours pour le ministre de la communication cette journée est une occasion de réfléchir sur l’avenir des medias professionnel et de se recueillir autour de la mémoire des journalistes disparus  dans l’exercice de leur mission. ‘’En organisant cette cérémonie le gouvernement guinéen exprime son attachement a ses valeurs de droit de l’homme déclarés par le système des nations unies cette préoccupation justifie le choix du theme de cette journée. Si pour certains observateurs l’ère du numérique est une opportunité qui s’offre aux professionnels d’améliorer leur performance dans la collecte et le traitement de l’information, pour d’autres elles n’offre pas suffisamment de garantie lorsqu’il s’agit de la vie privée  décline le ministre avant d’invité les journalistes aux respects du droit publique à l’information. Un journaliste comme tout autres citoyens dispose de droit et de devoir lié aux textes réglementaire au compte de l’éthique  et de la déontologie lié a la profession et si l’ère numérique favorise la diversité de la source mais ne garantie pas l’exactitude de la source j’invite donc mes frères journalistes a la réflexion et à la prise de conscience’’ conclu le ministre de la communication Rachid N’diaye.

Présente à la célébration de cette journée,  la présidente de la haute autorité de la communication a mis un accent particulier sur le traitement de l’information par les journalistes guinéens. Pour la présidente de la HAC les journalistes ne font pas preuve de discernement dans le traitement de l’information, très souvent la recherche du scoupe l’emporte sur toute autre considération. Je sais que certains vont taper sur moi encore a travers ses propos mes je dis ce que je récents et ce qui se passe   affirme t’elle. La liberté de la presse est consacrée dans notre pays par la loi depuis 1991 et cela est une avancée dans le processus de construction d’un Etat de droit. Cette liberté a permis la création d’un paysage médiatique  fort de plusieurs centaines de site d’information et d’une cinquantaine de station de Radio et de plusieurs télévisions privée qui sont venu s’ajouté aux organes Etatiques ajoute Martine Condé.  Si la liberté de la presse est sacré et permet aux journalistes d’exercer pleinement  leurs métiers ceux-ci doivent cependant faire preuve de responsabilité dans le traitement et la diffusion de l’information. Toujours dans son discours de circonstance la présidente de la HAC a invité les journalistes dans leur travaille au quotidien de se soucier de l’ordre publique, l’unité nationale, de la préservation de la vie privée car ils doivent par leurs plumes, leur voix et leurs images contribués au renforcement d’une société démocratique pacifiques Unis.

Martine Condé a appelé les journalistes a œuvré dans ce sens qui va de la stabilité et du progrès sociale et économique de la Guinée que nous souhaitons tous pour nous même et pour les générations avenir.

De son coté le ministre de la justice garde des sceaux Me Cheick Sakho dans une communication d’une dizaine de minute a pointé sur les limites de la liberté de la presse  a parlé des cas de poursuites d’un journaliste en cas de dérive tel que dans les situations d’injure et de diffamation quant elles sont avéré. Les incitations à la haine, les attaques liées à la personne physique entre autres comme cela est dit dans le code pénal guinéen qui stipule que la loi est applicable à tout le monde sans exception. Mais il ya une procédure à suivre avant d’arriver a tout cela, mais une chose est sur personne n’est protégé par la loi en cas d’infraction de celle-ci. Mais rassuré vous cher journaliste qu’aucun juge ne vous obligera à dire votre source ça c’est contraire à la loi et nous veillerons a ce que cela soit appliqué à la lettre. Mais il faut signaler que vous êtes victimes de beaucoup de chose dans ce pays, il ya aussi certains parmi vous qui dérape malgré l’effort et le bon boulot abattu par d’autres donc il faut que les gens sachent faire la part des choses pour ne pas vous traités tous de mauvais. Le ministre Sakho a tenu a rassuré de faire lumière sur tous les cas d’assassinat et d’enlèvement de journaliste en Guinée, ceci en prenant l’exemple sur le cas Mohamed Koula Diallo assassiné aux abords du siège de l’UFDG et la disparation du journaliste Cherif Diallo de la télé Espace.

A signalé que c’est l’orchestre Kèlètigui qui a assuré l’animation de la célébration de cette journée qui a prit fin par un cocktail offert par le ministère de la communication aux journalistes guinéens sans oublié la prestation des étudiants de l’institut supérieur des Arts de Guinée.

 

Oumar CAMARA pour guineesynthese.com

625 25 00 81

 

LEAVE A REPLY