Elections locales en Guinée : La CENI parle de la levée des contraintes juridiques et administratives…

0
611

Dans le cadre de la transparence des  élections locales en Guinée, certains responsables de la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) ont échangé avec les hommes de medias,  ce vendredi 12 Août 2016  dans un réceptif hôtelier à Conakry.

Au cours de ces échanges d’informations, plusieurs points ont été au cœur des débats à savoir : la stabilisation des réaménagements de la cartographie des bureaux de vote, la question de la levée des contraintes juridiques et administratives indispensables à l’organisation des élections et la mise en place des démembrements.

A l’entame de cette rencontre, El hadj Oumoury Sanoh, Président de ladite séance et vice président du Comité Inter-Parti, a indiqué que la réussite de cette délicate opération reposera fondamentalement sur la confiance et la compréhension mutuelle entre les parties prenantes dans la mise en œuvre du processus du déroulement des opérations électorales, « la CENI conformément aux principes directeurs de l’organisation des élections libres, transparentes et crédibles a mis en place un cadre des formations et d’échanges pour une meilleure perception et  une bonne visibilité », a-t-déclaré.

Selon lui, nous sommes sûrs que ces  échanges permettront de dissiper toutes les zones d’ombres qui pourraient entourées la bonne conduite du processus électorale.

Pour la levée de la contrainte juridique et administrative, Etienne Soropogui, directeur des Opérations précisé:

« Le programme opérationnel des élections que nous avons conçus au niveau de Kindia avait une spécificité. A l’époque on a estimé que pour lever ces contraintes, il y avait un délai de 130 jours . Quand on regarde la mise en œuvre de cette opération, on s’est rendu compte que malheureusement jusqu’ici rien n’a été fait.    il a rappelé que le chronogramme qui avait été  fait à Conakry comprenait l’ensemble des élections au niveau des communes urbaines, rurales, quartiers et districts. Dans le statut actuel du code prouve qu’on ne peut pas organiser les élections dans les districts et dans les quartiers tant que cette loi n’est pas prise. Si les activités liées à la levée des contraintes n’ont pas été levée dans les délais qui avaient été mis dans le chronogramme. Naturellement, il peut avoir une incidence sur la date indiquée. Pour le moment on n’a dira pas plus, mais la CENI est en train de mener des travaux en interne au regard de la date précise pour les élections. Bientôt nous serons dans une plénière pour voir quel est le type d’élection et le jour de la tenue de cette élection ».

Pour l’organisation de ces élections dans un délai bien précis, le directeur des opérations  souligne : « il faut noter  aussi que la CENI a besoin des ressources pour mener ces activités et que depuis Janvier malheureusement, la CENI n’a reçu aucun fond au titre de ressources dédiées pour les opérations électorales. Les engagements ont été pris au niveau du gouvernement ».

Parlant de la mise en place des démembrements, il dira : « à ce stade, on peut effectivement affirmer que tous les démembrements ont été entièrement installés à l’exception de PITA et de Dabola parce qu’il y a 27 membres de l’opposition qui ne sont pas encore installés et la préfecture de Dabola, il y a deux (2) personnes qui ne sont pas installés. Pour la question des démembrements, il y a 180 personnes qui viennent d’être installées. Donc, nous pensons à les former », a-t-il ajouté.

Sur la question de la stabilisation de la cartographie des bureaux de vote et d’actualisation du découpage administratif, il indique que cette opération est inscrite au chronogramme des élections locales, «l’objectif ultime de cette opération était de faire en sorte que tous les électeurs puissent être ramener  au niveau de leur bureau de vote, c’est-à-dire faire en sorte qu’ils soient pas éloignés de leurs bureaux de vote ».

Pour renchérir, « cette opération avait deux étapes majeures à savoir la première étape consistait à envoyer des missionnaires afin de rapprocher les bureaux de vote aux secteurs et la deuxième étape va se dérouler du 10 au 30 septembre », a conclut le directeur des opérations à la CENI.

A Noter que la CENI compte  organiser des séries de formations en BRIDGE pour les préfets et une autre formation pour les médias.

LEAVE A REPLY