Ecobank-Guinée : un client se fait escroquer

0
1950

Dans une interview accordée à notre rédaction, Djibril Tamsir Kéita, chef de la division exploitation au ministère de la fonction publique, de la réforme de l’Etat et de la modernisation de l’administration, nous a expliqué son mécontement face à ECOBANK-Guinée. Selon lui, cette banque qui se dit panafricaine engorge à sein beaucoup de bandit à col blanc, un certain nombre d’escrocs et d’arnaqueurs. Les lignes et paragraphes qui suivent, expliquent mieux ce qu’un client d’Ecobank est entrain de subir en plaçant toute sa confiance à ladite banque qui lui prend son argent en lui rassurant d’être actionnaire de son institution. Suivez pour mieux comprendre !

 
Je viens vers vous ce matin, c’est pour parler un peu du calvaire que je vis avec ECOBANK. C’est en 2008 que j’ai été appelé par un agent d’ECOBANK-Guinée pour me dire qu’ils ont des solutions pour m’aider à fortifier mes dépenses. C’est ainsi, qu’ils m’ont raconté beaucoup de choses, les avantages liés à l’achat des actions. Mais les conséquences ne m’ont pas été expliquées.
Tout ce qu’ils m’ont dit c’était de m’amener à acheter des actions. Et finalement j’ai cédé. L’agent c’était un Monsieur Camara, d’abord je me pose la question comment, il a eu mon numéro parce qu’il n’était pas mon conseiller à la Banque ni rien aucune relation pour dire sur le plan du travail comme sur le plan amical rien. Mais, je précise que c’est ma cousine qui travaille à ECOBANK que j’appelais régulièrement pour connaitre la situation de mon épargne. Certains disent que c’est un fonctionnaire, comment il a pu mobiliser tout ça. ECOBANK est mieux placée pour ressortir le journal de reversement à la Banque.

On saura, si c’est un gros montant que je suis venu déposer d’un seul coup ou c’est des petits versements qui se sont accumulés pour atteindre ce montant. ECOBANK, je le mets aux défis, ils n’ont qu’à publier ce journal. Donc, je n’ai aucun état d’âme pour dire que les gens vont dire ceci. Quand ils m’ont dit que dans 2 ans, je vais profiter dans mon épargne. A l’époque, il y avait une instabilité politique dans la sous-région, notamment la Guinée, le Niger, la Côte d’Ivoire étaient tous instable sur le plan politique. Donc, en 2010 tous ces pays sont partis aux élections présidentielles et 2 ans après pour moi, il y a l’instabilité politique.

Je suis revenu vers ECOBANK pour connaitre un peu la situation de mon épargne parce que ça fait 4 ans maintenant.  Comme je n’avais pas d’interlocuteur, à chaque fois que je veux rencontrer le directeur, c’est conseiller juridique qui s’interposait. Je n’ai jamais pu rencontrer le directeur d’ECOBANK. Alors en 2015, il m’a été conseillé de laisser une preuve. J’ai cherché à le joindre, j’ai fait un courrier pour lui adresser dont je vous donnerais une copie. Là aussi, il a fallut l’intervention de la banque centrale en la personne Monsieur le directeur des opérations pour que je puisse discuter en face avec le directeur pour expliquer comment j’ai été amené à acheter des actions et je lui ai dis que depuis 7 ans je n’ai eu aucun intérêt supérieur à 500 dollars.

Je veux comprendre qu’on m’explique parce que pendant la période d’instabilité des actions m’ont été vendues à 146 FCFA une action. Pendant la stabilité, on me dit que si je veux mon argent, je dois les revendre à 146 FCFA. Je leur ai demandé pour qu’on m’explique. En période d’instabilité, c’est à 146 F et période de stabilité c’est 1 46 F. Je n’ai pas eu de réponse qu’il puisse me mettre à l’aise. Une fois, j’ai envoyé un courrier éleva atonique à la maison où j’ai donné toutes les explications. La maison me dit qu’elle va me répondre. Depuis là quand je les envoie un message, j’ai compris que mon adresse électronique était sur le renvoie robotisé.

Dès que j’envoie un message automatiquement la machine me renvoie le message. Donc, j’étais confus, j’ai cherché le gouverneur de la banque centrale parce que moi je me suis dis que les banques privées là relèvent de la banque centrale. Il m’a dit de faire un dossier où tous les documents qui sont liés avec ECOBANK tout en faisant une lettre adressée. Après, il m’a reçu, on a parlé, on s’est donné rendez-vous. Je suis venu mais je n’ai pas pu le rencontré.
C’est une fois que j’ai reçu le courrier électronique de ces agents pour me dire qu’ils ont mené des enquêtes auprès d’ECOBANK qu’ils ont trouvé que les choses se sont passées dans les règles de l’art. Mais, je lui ai dis que les règles sont quoi ? Je ne suis pas un industriel, je ne suis pas un opérateur économique. Je ne vois pas de raison qu’une banque panafricaine puisse venir vers un simple client, un simple épargnant. Ce n’est pas moi qui ai parti vers eux mais c’est eux, eux qui sont venus envers moi pour me convaincre pour escroquer mon argent. Ça je l’ai dénoncé dans certaines radios privées.

Depuis 2005, je ne connais pas le montant, ils m’ont pris tout ce que j’avais sur mon compte. 16 327 dollars ce qui correspondait totalement l’épargne que j’avais environs 100 millions et quelques. Donc, eux ils ont à l’équivalent de 80 millions. ECOBANK ne m’a jamais appelé, elle ne m’a jamais adressé un courrier. Et moi mon problème, je suis simple épargnant, je ne suis pas opérateur économique. J’ai écrit au directeur de me rendre mon argent mais je m’en fous des intérêts qu’ils vont me donner, je n’ai pas besoin. Je ne vois quand une banque s’accapare des épargnes d’un client qui n’est ni industriel ni commerçant ni opérateur économique.
En plus ce qui est très bizarre, je suis client ECOBANK on prélève mon argent sur le compte ECOBANK et ces 3 mois qu’on me dit non j’ai fait l’achat avec ECOBANK Lomé, je ne comprends pas. Je n’ai pas reçu d’explication, moi je ne connais même pas la route de Lomé. Comment je peux accepter délocaliser mon argent ici et envoyer à LOME. Pour moi, c’est de l’escroquerie pur et simple.

 
Pour recouper cette information, votre site électronique à tout fait pour avoir un droit de réponse au près du conseiller juridique d’ECOBANK-Guinée, mais ce dernier s’est fait désintéréssé de l’affaire.

Affaire à suivre…

655 76 57 47

LEAVE A REPLY