Cop21: Ségolène royal à conakry ce vendredi (les raisons)

0
978

Ségolène Royal, ministre française de l’Environnement et de l’Energie, qui vient de récupérer la présidence de la COP21 jusqu’en novembre, s’est rendu mardi dernier en Egypte, première étape d’une tournée africaine qui va ensuite l’emmené en Ethiopie, en Côte d’Ivoire, en Guinée et au Sénégal, a appris Guinée synthèse.com

Le développement des énergies renouvelables sur le continent africain, où 600 millions de personnes n’ont pas accès à l’électricité, les projets d’adaptation au changement climatique et la préparation de la cérémonie de signature de l’accord de Paris le 22 avril à New York sont au menu de ce déplacement.

En Egypte, la ministre a rencontré le président, Abdel Fatah al-Sissi, ainsi que Khalid El Fahmy, ministre de l’Environnement, et Sameh Choukry, en charge des Affaires étrangères.

L’Egypte présidant le Comité des chefs d’Etat africains pour le changement climatique, joue à ce titre un rôle clé dans l’Initiative sur les énergies renouvelables en Afrique, lancée lors de la COP21 et qui vise à faire passer les capacités de ce continent de 10 gigawatts en 2020 à 300 gigawatts en 2030.

Ségolène Royal a fait ensuite escale à Addis Abeba. Elle a rencontré Haile Mariam Dessalegn, Premier ministre de l’Ethiopie, un pays qui mise énormément sur les énergies renouvelables pour assurer son développement. La ministre française de l’énergie a visité une ferme solaire à Mekele.

Ce Jeudi, la présidente de la COP21, qui succède à Laurent Fabius, nommé président du Conseil constitutionnel pourrait se rendre à Abidjan, où elle rencontrera Akinwumi Adesina, président de la Banque africaine de développement. Vendredi, à Conakry, elle devrait s’entretenir avec le président guinéen, Alpha Condé.

La dernière escale de cette tournée africaine sera Dakar, ville natale de la ministre, et la localité sénégalaise de Fatick, où elle participera à la pose de la première pierre d’un projet de production locale d’énergie à partir de panneaux photovoltaïques.

Outre le soutien aux projets d’énergies renouvelables et d’adaptation au changement climatique, la ministre veut mobiliser les autorités au plus haut niveau pour que les chefs d’Etat et de gouvernement viennent à New York pour la cérémonie de signature le 22 avril organisée par Ban Ki-moon, a indiqué son entourage.

Le 12 décembre, 195 pays ont approuvé l’accord de Paris. Lundi, quelques jours après sa désignation comme présidente de la COP21, Ségolène Royal était à Bonn pour échanger avec la secrétaire générale de la Convention climat de l’Onu, Christina Figueres, et son équipe sur les rendez-vous des prochains mois.

La cérémonie de New York, une réunion informelle au niveau ministériel début avril à Paris et la session de Bonn (16 au 26 mai) qui devra préparer la COP22 en novembre à Marrakech.

LEAVE A REPLY