Le capitaine Moussa dadis brise le silence ''je regrette d'avoir…"

0
1729

Joint au téléphone, ce jeudi 23 mars 2017 depuis le Pays des hommes intègres (Ouagadougou) au Burkina Fasso, par la radio espace dans son émission les « Grandes guelles » l’ancien président du CNDD, Capitaine Moussa Dadis Camara n’a pas manqué de manifester son regret par rapport à quelques décrets qu’il avait eu à prendre.  

« Il y a des moments donnés, on ne doit pas être trop passionné. Car, la haine ne remporte pas à l’homme, mais c’est la reconnaissance. Je ne suis pas là pour me faire plaire à Paul ou à Pierre. Je dis ce que je fais. Je ne me reproche de rien, il y a une seule chose dans ma tête, j’ai servi ma nation dans la loyauté, dans la sincérité et dans le patriotisme. Mais, peut-être je peux me reprocher de quelque chose parce que quelque fois, j’ai le regret d’avoir enlevé quelques personnes que je ne devrais pas le faire », regrette-t-il.

Et de poursuivre, le Capitaine Moussa Dadis Camara a encore insisté, « je me reproche d‘avoir enlevé certaines personnes que je ne devrais pas enlever parce que j’ai eu la mauvaise information. C’est pourquoi, je combats l’instrumentalisation et je ne veux pas que ça arrive à un président en Guinée », a précisé l’ancien président du CNDD.

A en croire, Moussa Dadis Camara se dit très déçu d’avoir enlevé le président  Mamadou Sylla à la tête de  la Cour Suprême, « Mamadou Sylla, président de la Cour Suprême, Je lui ai enlevé injustement cet homme à travers des fausses informations.  Mais, j’ai été réconforté quand, il a été encore réinstallé dans la même fonction. Ça veut dire que Dieu a agi à ma place sinon, il serait plus président de la Cour Suprême. C’est pourquoi, je demande que ce qui m’est arrivé que ça n’arrive pas à un autre chef d’Etat guinéen », a-t-il souligné.

Mais, par ailleurs, l’ancien président guinéen a déclaré aussi qu’il ne regrette pas certaines de ces rencontres, « je ne regrette pas mes rencontres à Koloma et au Palais du Peuple. Car c’était une décision certes, j’ai dû blesser certaines personnes car on ne peut jamais être parfait. Mais, je ne regrette pas parce que j’avais une mission noble à accomplir. Le seul cas que je regrette, c’est le cas de Mamadou Sylla », a conclu Dadis  Camara.

 

LEAVE A REPLY