Assemblée Nationale : La Session budgétaire de l’exercice 2017 a ouvert ses portes à Conakry

0
577

Les députés guinéens ont repris, ce mercredi 5 Octobre 2016 la deuxième session budgétaire, exercice 2017. Cette cérémonie d’ouverture de ladite session a eu lieu  à l’hémicycle du palais du peuple en présence des hauts cadres de l’Etat, les institutions nationales et internationales, a constaté sur place votre site quotidien en ligne.

Sur 114 députés, 84  de la mouvance et de l’opposition ont répondu à  l’ouverture de cette première journée de la session budgétaire.

Dans son discours d’ouverture, le président de l’Assemblée Nationale, honorable Claude Kory Kondiano a déclaré que l’examen et l’adoption de la loi de finances initiale est un exercice intense de la vie de notre institution au cours duquel les débats sont houleux. « C’est un moment crucial de la vie de la nation où l’exécutif et le législatif engagent solidairement leurs responsabilité sur la politique budgétaire et monétaire à mettre  en œuvre  au cours de l’année à venir pour répondre aux aspirations de la population guinéenne. Car, je ne doute pas un seul instant que, avec une bonne connaissance des  préoccupations sociales et économiques de nos compatriotes du pays profond ».

Selon lui, l’examen du budget qui nous sera soumis se fera avec beaucoup de rigueur, de conviction et de réalisme afin de doter l’Etat d’un bon budget, rassure le géant de l’Assemblée guinéenne.

Il a ensuite souhaité ardemment qu’il soit le fruit d’échanges constructifs, de propositions concrètes et réalistes, de choix clairs et courageux, compatibles avec les objectifs de croissance de l’emploi que s’est assignés le pays.

De son coté, Mohamed Lamine Fofana  ministre conseiller à la présidence chargé des relations avec les institutions a mentionné que cette session s’ouvre dans un contexte politique apaisé et marqué par la tenue du dialogue politique inter guinéen, « cette session s’ouvre dans un moment important dans la vie économique et financière de la nation guinéenne ».

Elle permet à  l’Assemblée Nationale, dit-il  d’exercer son contrôle sur l’action gouvernementale en ce qui concerne l’utilisation des deniers publics, « votre institution est appelée à examiner et adopter le budget destiné à doter le président de la république et son gouvernement de moyens nécessaire à la conception et à la conduite de la politique nationale de développement de tout ordre de notre pays », a conclut le représentant du Chef de l’Etat.

 

LEAVE A REPLY