Affaire Djibril Tamsir Kéita et Ecobank-Guinée : ‘’Cette Banque Panafricaine est là pour arnaquer les africains’’

0
775

Malgré les multiples battages médiatiques pour dénoncer son ras-le-bol contre cette institution bancaire, Djibril Tamsir Kéita reste encore sans suite favorable à son dossier. Ecobank-Guinée fait la sourde oreille comme si rien n’était. Selon Mr Kéita, il ne compte pas baisser les bras tant que ses droits ne sont pas rétablis et qu’il continuerait à dénoncer les pratiques dites malsaines de cette institution pour ne pas que d’autres guinéens tombent dans ce même fraise.  Est-ce le gouverneur de la Banque Centrale de la République de Guinée, Lounceny Nabé, à une main noire derrière cette affaire ?

Il faut rappeler qu’il s’agit bien ici de l’affaire de vente d’actions par la société Ecobank à son client Djibril en 2008 pendant une période d’instabilité. Une opération qui a conduit à prélever sur le compte d’épargne de ce dernier un montant de  16, 327 dollars US, soit 43000 ou 53 000 actions’’ soit 146 francs par action.  Et jusqu’à l’heure où nous sommes l’intéressé n’est  pas en possession de son argent. Et le client Tamsir n’entend pas baisser les bras tant que la situation n’est pas tirée au clair.  Puisqu’il accuse cette institution bancaire de l’avoir escroqué, arnaqué. Il qualifie même ses gestionnaires de bandits à colle-banc.

Pour rappel, lors de sa dernière conférence de presse à Conakry le 07 mars dernier, la victime déclarait ceci : « Je dirai qu’il n’y aura aucune nouveauté. Je leur ai accordé un mois, dans l’espoir qu’ils allaient réagir, parce qu’une institution comme la Banque qui se dit ‘’Panafricaine ‘’, un individu ne peut pas organiser une conférence de presse pour les attaquer sans qu’ils ne réagissent à temps».

Or, la victime en a rappelé à la presse que l’institution bancaire est dotée d’un avocat et d’un Conseiller juridique. Et jusqu’à présent ils n’ont pas réagi. Ce qui prouve à suffisance qu’ils ne sont pas en train de jouir normalement de leur rôle bancaire, sinon rien ne pouvait les empêcher de réagir même à travers une simple communication.  Quand même, ils doivent pouvoir expliquer au monde entier pourquoi en temps d’instabilité politique, ils ont fait appel à un client pour lui demander de leur vendre les actions à 141F.

Toutefois, Djibril Keita compte poursuivre son combat afin de récupérer son argent, et même s’il va le revendre à ailleurs à 141F. ‘’ECOBANK doit expliquer ça, si ce n’est pas de l’escroquerie pure et simple. Ce sont eux qui m’ont appelé, dit-il, qu’ils veulent m’aider pour que je profite de mon épargne. S’ils m’ont appelé pour me faire profiter, alors qu’aujourd’hui, j’ai besoin de mon argent. Parce que je n’ai pas bénéficié de 400 dollars de 2008 à 2016. Je veux qu’ils m’expliquent pourquoi, je dois leur vendre à 41F. J’ai demandé l’argent de mon épargne aussi, il refuse de me le donner ‘’.

Mr Kéita déclare par la suite ceci : « Ecobank m’a demandé de partir à LOME (Bénin) pour une réparation, alors que c’est en Guinée (Conakry) que mon argent a été prélevé. Quel paradoxe !  Mais, j’ai l’impression que devant l’argent certaines personnes n’ont pas de dignité parce qu’une institution qui se dit ‘’ Panafricaine ‘’ ne peut pas s’accaparer de l’épargne d’un simple individu. Donc, cette Banque Panafricaine est là pour arnaquer les africains.  Je leur demande de venir me prouver les documents qui disent qu’en 2008 les actions étaient revendues à 146F et en 2016, c’est à 41F que l’actionnaire doit revendre. Je veux des documents et preuves à l’appui, s’ils sont dignes d’être une Bank panafricaine ».

Mr. Djibril Tamsir Keita invite donc les responsables de l’Ecobank Guinée à venir au tour d’une table afin  de présenter les documents qui prouvent que les actions doivent être vendues à 41F. Cette affaire est loin d’être terminée dans la mesure où la banque centrale reste encore indifférente face à la situation. Est-ce que Lounceny Nabé, gouverneur de la Banque Centrale, a-t-il une main noire dans cette affaire ? Est-ce Ecobank réagira-t-elle pour pouvoir sauver son honneur et son image qui ne font que se mettre en jeux?

L’avenir nous dira d’avantage

Affaire à suivre  

 

 

LEAVE A REPLY