La Première Dame de Guinée vole au secours de 300 malades souffrant de la Cataracte

0
632

La ‘’Cataracte est une maladie de l’œil qui peut affecter la vision ou même rendre aveugle. Sur les 39 millions de personnes atteintes de cécité dans le monde, 20 millions le sont à cause de cette maladie. C’est dans cette optique que la Fondation de la première dame de guinée PROSMI, en partenariat avec l’Equatorial Coca-Cola Compagny a décidé d’inviter le Dr Elena BARRAQUER en Guinée pour une campagne  de chirurgie ophtalmologique.

 A cette occasion, la première dame de Guinée, Hadja Djénè Condé a procédé à une visite de terrain, ce mercredi 15 mars 2017 au Centre Médical Communal les ‘’Flamboyants’’ à Nongo dans la Commune de Ratoma pour s’enquérir des réalités. 

Après la visite dans les différentes salles où sont alités les personnes touchées par la maladie ‘’Cataracte’’, la Première Dame de la république de Guinée, Hadja Djénè Condé a tout d’abord remercié l’arrivée de la fondation BARRAQUER en Guinée, avant de faire savoir que  cette cérémonie consiste à faire opérer 300 personnes qui souffrent  de maladie des yeux notamment ‘’ la Cataracte’’,

« on ne va pas prendre tout le monde, parce qu’il y a beaucoup de personnes qui sont venues et qui sont victimes de ça. Mais, il y a une promesse ferme du retour de la fondation  BARRAQUER en Guinée peut être pour l’année prochaine. Et ça serait une occasion pour venir en aide à la population guinéenne. Car, nous sommes victimes de cette maladie Cataracte  en Guinée, non seulement dans la capitale, mais aussi à l’intérieur (…)», a promis la première dame Hadja Djéné Condé.

Et de poursuivre, la première dame de Guinée a aussi interpellé les personnes de bonne volonté à emboiter les pas de la fondation BARRAQUER, « nous avons besoin aussi de d’autres fondations et bienfaiteurs qui sont spécialisés dans le traitement des maladies des yeux de venir nous aider en Guinée », lance-t-elle.

En tant que partenaire de la fondation PROSMI, Jean Ntangwe, directeur général de la BONAGUI et Equatorial-Coca-Cola a aussi remercié la première dame, Hadja Djéné Condé pour son impplication, « de nous encourager dans notre désir de pouvoir redonner la santé à notre communauté.  Parce que pour nous ce qui est plus important, c’est de voir dans quelle mesure on peut à chaque ffois  redonner le sourire à la communauté dans laquelle on opère », a-t-il souligné.

C’est pourquoi,  « nous avons lancé ce projet ‘’Laisser vos jeux s’amuser’’, qui était d’abord la volonté de pouvoir redonner la vue aux gens. Mais aussi, leur redonner la joie, la possibilité de revivre dans leur communauté. C’est un projet qui va s’étendre parce que nous avons d’autres projets beaucoup plus importants encore qui vont nous permettre de mieux impacter la communauté par la grâce, l’aide et l’assistance de la fondation de la première dame ‘’Fondation PROSMI’’ » a indiqué le directeur général de la BONAGUI.

Par ailleurs, il a en outre rassure que ce projet va toucher les autres régions de la Guinée, « effectivement, la première dame nous a suggéré avec pertinence d’aller dans les zones qui sont les plus touchées par cette maladie de la ‘’Cataracte’’. La fondation PROSMI est extrêmement désireuse de tout mettre en œuvre avec nous pour pouvoir effectivement se déplacer hors de Conakry et d’aller voir les gens là où ils se trouvent. Donc, c’est ce projet sur lequel  nous sommes en train de travailler avec la fondation. Et nous espérons pouvoir le réaliser dès l’année prochaine », a souligné Jean Ntangwe.

De son côté, Dr Fatoumata Binta Diallo, directrice Générale du Centre Médical Communal les ‘’Flamboyants’’ s’est réjoui de la visite de la première dame, Hadja Djéné Condé, « nous sommes comblés de joie de recevoir la première dame de Guinée dans notre structure pour l’œuvre de charité qu’elle a bien voulu donner avec l’aide de la BONAGUI. Avec son époux (Pr Alpha Condé ndlr) nous leur remercions infiniment parce qu’il y a  des gens qu’on a opéré ici qui ne voyaient pas du tout. Et qu’ils pensaient même qu’ils étaient complètement aveugles. Mais, on les a opéré et ils ont vu que le monde était beau (…) », a-t-elle conclu.

A noter que depuis le début de cette intervention médicale le 11 mars 2017, 100 personnes ont déjà retrouvé le sourire.

 

LEAVE A REPLY